Aventure australe: Les îles Kerguelen

Découvert en 1772 par le navigateur Yves-Joseph de Kerguelen de Trémarec, l’archipel des Kerguelen compte parmi les territoires les plus isolés du globe. En raison des conditions météorologiques difficiles et en particulier du vent, la voie maritime est le seul moyen de transport pour y accéder.

Cet archipel, surnommé «île de la désolation», ne possède pas de population permanente et est maintenant uniquement voué à la recherche scientifique. Depuis 1950, une station a été créée à Port-aux-Français – « PAF » pour les intimes – afin d’accueillir le personnel travaillant plusieurs mois sur ce territoire austral.

Lire la suite...

Ballet aérien

Au départ, trois sont arrivés… Peu de temps après, un groupe d’une cinquantaine les ont rejoints… Puis, une minute plus tard, ce sont huit mille individus, nous a-t-on dit, qui ont envahi les lieux.

Si les éclaireurs et le premier bataillon étaient des Pluviers semipalmés, le gros de la troupe était composé quasi exclusivement de Bécasseaux semipalmés.

Lire la suite...

Plein fleuve

Plein fleuve, plein vent, l’île aux Grues s’étire doucement jusqu’à l’île aux Oies pour recevoir celles-ci - les blanches comme neige - chaque printemps, chaque automne. L’immense voilier sur fond azur bat alors de l’aile à travers tout l’espace de l’archipel, mariant les bois, les champs et l’eau non sans remuer l’âme…

Les Bernaches du Canada, Canards colverts, noirs, chipeaux, sarcelles d’hiver et pluviers suivent aussi le fleuve en égrenant chacune des îles depuis l’île d’Orléans en amont, jusqu’au Pilier de Pierre.

Lire la suite...

Belle apparition!

Rencontre avec un Eider à tête grise

Après une superbe belle journée d’excursion dans les sentiers de l’île aux Lièvres, nous terminons notre marche sur le bord de l’eau. Nous commandons un petit rafraîchissement pour relaxer et pouvoir examiner nos photos afin de finaliser notre liste de la journée.

Une jeune fille vient nous avertir qu’elle a vu un drôle d’oiseau avec une tache orange sur la tête ; il est avec les Eider à duvet.

Lire la suite...

Un séjour inoubliable


Ayant eu des échos plus que positifs du Séjour ornithologique en Gaspésie, Myreille Bachand et moi décidons de nous inscrire à l’édition 2015, plus précisément du 27 mai au 1er juin 2015.

Au petit matin du 26 mai, nous partons vers Matane où nous couchons à l’hôtel-motel Belle Plage avec vue sur la mer. Pas aussitôt arrivées, nous sortons nos lunettes d’approche et scrutons la mer de notre chambre car il commence à pleuvoir. Et nous voyons nos premiers Eiders à duvet, Fous de Bassan, Guillemots à miroir et Macreuses à front blanc. Cela sent le large !

Après une bonne nuit de sommeil, nous faisons avant de partir un petit tour autour du motel où quelques bruants (à gorge blanche, à couronne blanche, chanteurs) grattent le sol. On se laisse aussi charmer par le chant de la Grive solitaire.

Lire la suite...