Excursion au réservoir Beaudet et à l'étang Burbank

Excursion les 9, 10 et 11 octobre 2010

Il faisait un froid de canard le samedi 9 octobre à neuf heures au réservoir Beaudet de Victoriaville. Mais une vingtaine d’amoureux de la nature et des oiseaux étaient au rendez-vous.

Quelques bernaches nous accompagnaient, de même que des Oies des neiges. Quelques fuligules aussi. La bonne humeur compensait le nombre limité d’espèces. Nous avons longé une belle haie de pins. À mesure que l’heure du repas approchait, nous nous préparions à nous rendre au mont Arthabaska, situé tout près. Nous y avons vu des Urubus à tête rouge, des Bruants à gorge blanche, un Moqueur chat et un Bruant à couronne blanche juvénile, si mignon. Chaque rencontre est une petite joie.

Le groupe d’observateurs de la SBM scrutant le réservoir Beaudet à la lunette et aux jumelles - Photo Pierre CadoretNous retournons au réservoir Beaudet vers le milieu de l’après-midi pour y voir encore plus d’Oies des neiges. Il y a même un canard hybride qui nous nargue, fruit du croisement entre un colvert et un autre canard non identifié. Après environ une heure d’observations, nous laissons l’un des nôtres pour la soirée pour reprendre la route. Éric nous dira le lendemain qu’encore plus d’oies sont arrivées vers la fin du jour et qu’avec le coucher du soleil, c’était magnifique.

Un habitant de la région rencontré au mont Arthabaska le midi, nous avait annoncé qu’une douzaine de rapaces étaient rassemblés près du 12erang entre Kingsey Falls et Sainte-Séraphine. Il n’en pas plus pour piquer notre curiosité. Une fois sur le 12e rang, c’est un Busard Saint-Martin que nous observons qui, fidèle à ses habitudes, rasait la verte campagne. Les champs sont beaux, le soleil brille encore, il fait un peu moins froid que ce matin. Nous sommes en fin de journée vers les 17h. Bientôt nous prenons la route 116 qui nous mènera à Danville, puis la 255 vers le Camp musical d’Asbestos. La bonne humeur est encore palpable mais les estomacs commencent à réclamer leur dû. Le camp est situé tout près de lacs, au coeur d’un espace de villégiature dont la population triple pendant l’été aux dires du petit guide touristique de la région. De Victoriaville dans les Bois-Francs, nous sommes passés aux Cantons-de-l’Est. Certains d’entre nous sont debout depuis les petites heures du matin. L’attente au restaurant nous pèse. On a hâte de dormir. Enfin on pose la tête sur l’oreiller vers 22h, en ce qui me concerne.

Jeune grèbe à bec bigarré - Photo Pierre CadoretDimanche matin, après le petit déjeuner, nous nous dirigeons vers l’étang Burbank de Danville. Il y a des grèbes, des oies, des bernaches, des Bruants des marais, des harles. Le temps est clément, seules quelques gouttes tombent à l’heure du repas du midi, après que tout le groupe ait, chacun à son rythme, fait le tour de l’étang en passant par les différents belvédères. C’était une bonne marche… presque trois heures, mais il faut dire qu’on s’arrête de temps en temps. La population de la région s’est donné rendez-vous à la Fête des oiseaux migrateurs qui durera toute la fin de semaine. Nous avons eu aussi la chance de croiser M. Gilles Lacroix, grand amateur d’oiseaux, lequel nous donne la permission d’aller visiter sa cour aménagée de mangeoires, de nombreux arbres et de plantes diverses.

J’ai l’impression que tout le monde y trouve son compte. Certains font de la photo (Éric, Pierre, Daniel, Luc, etc.), d’autres passionnés d’horticulture ou par les plantes indigènes nous renseignent ou jasent avec l’épouse de M. Lacroix. Le soleil descend et je m’adosse à un arbre pour feuilleter une revue en me disant que j’ai une fin de semaine bien remplie. Un magnifique Roselin pourpré est perché à l’avant de la maison. Des chardonnerets dévalisent une mangeoire. Un Pic chevelu fait son tour du propriétaire et va d’arbre en arbre. Une femelle Cardinal à poitrine rose est identifiée. Le jour tombe et nous nous rendons au coquet centre-ville de Danville pour souper. Certains n’en reviennent pas du hamburger d’agneau. Avant longtemps, il faut quitter pour tenter d’aller observer le phénomène des oies lumineuses, conséquence de leur descente tout en étant éclairées par la lumière produite par une serre. Nous arrivons trop tard pour en faire l’observation mais je me console en observant Jupiter et ses lunes au travers du téléscope de Daniel. Je peux aussi facilement observer tout près des cailles, des pintades et mêmes des Dindons sauvages qui sont tous juchés pour la nuit dans la volière aménagée pour la fin de semaine. Nous quittons l’étang Burbank pour retourner nous coucher.

Le lendemain, notre fidèle et dévoué organisateur Luc nous propose d’aller au belvédère qui surplombe la mine Jeffrey pour ensuite retourner à l’étang Burbank visionner le documentaire Les trois petits canards et finir par une virée à Plessisville où des Grues du Canada ont été rapportées. Nous avons obtenu l’information de Raynald qui pense encore à nous malgré le fait qu’il a quitté la région la veille. Pour ma part, je quitte le groupe après la visite au belvédère. Je pique dans les Cantons-de-l’Est pour admirer le paysage jusqu’à Eastman et je rejoins l’autoroute 10. Le souvenir du Roselin pourpré me revient. Je n’aurais jamais pensé être si nostalgique d’un roselin! Les grues ne se sont pas manifestées comme me le rapporte Luc par courriel en fin de journée. Ce weekend m’a comblée, moi qui toute la semaine durant tapote le clavier d’un ordinateur. Une fois revenue à la maison, j’écris à Luc pour lui demander des photos du groupe, formidable groupe. Un merci tout spécial à Luc et à Monique qui ont géré le contenu et la logistique de cette belle escapade. Je dis aussi merci à Louise, Daniel, Henriette, Éric, Blanche Hélène, Monique, Claire, Jeannine, Jacqueline, Nicole, Raynald, Henriette, Yolaine, Pierre, Yvette, Béatrice et Huguette d’avoir partagé ces heures avec moi.