Fin de semaine dans la région de Sherbrooke

Excursion du 21 au 23 mai 2011

Quelle belle région que celle des Cantons-de-l’Est ! La fin de semaine que nous y avons passée était enchanteresse. Un peu par la diversité des oiseaux, beaucoup par la beauté des paysages, énormément par la chaleur des participants.

Tout a commencé par notre rendez-vous à l’île du Marais, près de Sainte-Catherine-de-Hatley. C’est un endroit où une digue (ancienne emprise du chemin de fer) nous amène à travers un marais jusqu’à une petite île remplie de majestueux arbres fleuris. Le temps plutôt venteux nous a permis d’apercevoir des Bernaches du Canada avec leurs petits, des Parulines masquées et plusieurs autres oiseaux mais pas d’espèce exceptionnelle.

Le groupe avançant à la queue leu leu sur un sentier de l'Île-du-Marais à Sainte-Catherine-de-Hatley - Photo Luc Laberge

Le groupe avançant à la queue leu leu sur un sentier de l'Île-du-Marais à Sainte-Catherine-de-Hatley - Photo Luc Laberge

Après le dîner, on s’est dirigé vers la piste Tomifobia. À cet endroit, sous un beau ciel ensoleillé, on a admiré, entre autres, la construction d’un nid par un Oriole de Baltimore, des Moqueurs chats qui se pourchassaient (ou s’amusaient ???) et deux Parulines à ailes bleues qui furent entendues par tous et vues par certains.

Après une nuit sur le campus de l’Université Bishop, on a vu plusieurs Goglus des prés sur le terrain de l’université ainsi que des Bécassines de Wilson. Le déjeuner étant servi sur place, on a ensuite pris la route pour le marais Réal-D.-Carbonneau. Endroit qui ressemble un peu au marais de l’île Bizard, on a pu y admirer trois Hérons verts, plusieurs Tortues peintes, quelques parulines et surtout un Râle de Virginie, caché dans les herbages mais que l’on a pu apercevoir lorsqu’il se déplaçait.

Les passerelles de bois du marais Réal-D.-Carbonneau, à Sherbrooke - Photo Luc Laberge

Les passerelles de bois du marais Réal-D.-Carbonneau, à Sherbrooke - Photo Luc Laberge

L’après-midi fut consacrée à la découverte du boisé Beckett, situé dans la ville de Sherbrooke. Des sentiers sillonnent cette forêt où on entendait plusieurs oiseaux mais sans les voir. Heureusement, une Grive des bois s’est laissée admirer pendant un certain temps.

Autre nuit à l’Université Bishop. Puis on a pris la route pour aller explorer la tourbière de Compton, qui porte le nom de tourbière sans en être vraiment une. C’est plutôt une série de monts et vallées avec quelques marais. Très beau à voir mais peu d’oiseaux. Un Dindon sauvage a toutefois eu la gentillesse de nous devancer pendant quelques minutes, sur le chemin de terre où nous nous promenions.

En après-midi, le groupe a décidé d’aller visiter le Sentier poétique de Saint-Venant-de-Paquette, inauguré en 1998 par les Amis du patrimoine dont fait partie Richard Séguin, afin de rendre hommage aux poètes du Québec. Très belle balade dans le village et à flanc de montagne. Peu d’oiseaux mais nous étions surtout là pour savourer la quiétude de l’endroit. Et en partant, nous avons fait un arrêt pour grimper dans la tour d’observation de Saint-Malo, municipalité qui se clame être la plus haute du Québec avec ses 585m d’altitude. Du haut de ces dix mètres, on a pu admirer le paysage époustouflant de l’Estrie et, du coup, voir, sans les effaroucher, une douzaine de Dindons sauvages qui se déplaçaient tranquillement dans les champs.

Retour à la maison après avoir tout de même observé 73 espèces d’oiseaux. Au nom de Louise Charbonneau (notre Madame GPS), Linda, Franklin, Yvette, Bernadette, Jeannette, Mireille, France, Blanche, Angèle, Michel, Irène, Henriette et Henriette (eh oui, deux), je tiens à remercier Luc Laberge, notre guide pour la fin de semaine, ainsi que notre organisatrice, Nicole Courtemanche, qui a dû consacrer plusieurs heures à la logistique de ce voyage.

C’est avec grand plaisir que je vous recommande de visiter cette magnifique région.